Carrières de Lumières

Carrières
de Lumières

Un lieu d’Histoire

Devenues incontournables en Provence, les Carrières de Lumières sont situées au pied de la cité des Baux-de-Provence, au coeur des Alpilles, dans un lieu chargé de mystère : le Val d’Enfer.

2e siecle avant JC La formation de la pierre des Baux

2e siècle avant JC

La formation de la pierre des Baux

Appelée également « pierre du midi », la pierre des Baux est une roche calcaire légèrement coquillée, à grain fin et de couleur blanche et blonde.

2e siecle avant JC La formation de la pierre des Baux

Réputée pour sa découpe facile et la blancheur des blocs calcaires, elle fut utilisée pour la construction de Glanum, du village médiéval des Baux de Provence et pour l’édification du Château des Baux. Elle résulte de l’agrégation de carbonate de calcium sur un sable calcaire. On y trouve de nombreux débris fossiles marins qui attestent de la présence de la mer.

1800 Ouverture de la carriere des Grands Fonds

1800

Ouverture de la carrière des Grands Fonds

Le développement industriel implique la construction de nombreux bâtiments qui nécessite l’usage important de pierre.

1800 Ouverture de la carriere des Grands Fonds

C’est surtout le village voisin de celui des Baux, Fontvieille, qui bénéficie de l’essor considérable de la demande de pierre à cette époque car sa pierre blanche est de meilleure qualité que celle des Baux. Cependant, celle des Baux n’est pas en reste et profite régalement de l’embellie si l’on en juge par le nombre de carrières alors en exploitation, dont la carrière des Grands Fonds, connue aujourd’hui sous le nom de Carrières de Lumières.

En 1821, les carriers découvrent un minéral rouge. Il sera utilisé pour l’extraction de l’aluminium et baptisé bauxite du nom de la commune voisine des Baux de Provence.

1935 Fermeture de la carriere

1935

Fermeture de la carrière

Au lendemain de la Première Guerre Mondiale, le déclin de la pierre de construction s’amorce...

1935 Fermeture de la carriere

De nouveaux matériaux de construction ont fait leur apparition : l’acier, le béton... Plus économiques, ces nouveaux matériaux font une concurrence féroce à la pierre de taille des carrières. Les carrières finissent donc par fermer.

1959 Une nouvelle vocation artistique

1959

Une nouvelle vocation artistique

La singularité de cet espace a toujours stimulé la créativité les artistes. Les Carrières sont à la fois la muse et le décor, l’inspiration et le théâtre de leurs créations. Dante y trouva le cadre idéal pour l’intrigue de sa Divine Comédie et Gounod y créa son opéra Mireille. 

1959 Une nouvelle vocation artistique

En 1959, Jean Cocteau vînt y tourner Le Testament d’Orphée. Emerveillé par la beauté des lieux et de son environnement, LeTestament d’Orphée invite à une escapade poétique, au cœur de la pensée de Cocteau, entre rêve et somnolence.

La transformation des carrières est confirmée en 1977 avec la création d’un nouveau projet inspiré des recherches de Joseph Svoboda, scénographe de la seconde moitié du 20e siècle et destiné à mettre en valeur cet espace : les immenses murailles rocheuses forment autant de supports pour un son et lumière en dispositives. 

2012 Culturespaces delegataire du site

2012

Culturespaces, délégataire du site

La ville des Baux-de-Provence confie à Culturespaces la gestion de la carrière, dans le cadre d’une délégation de service public.

2012 Culturespaces delegataire du site

Baptisée "Carrières de Lumières", elle constitue un lieu d’expérimentation formidable pour Culturespaces qui y a développé un concept novateur : AMIEX® (Art & Music Immersive Experience). Les Carrières de Lumières ouvrent en mars avec l'exposition numérique immersive : "Gauguin, Van Gogh, les peintres de la couleur" réalisée par Gianfranco Iannuzzi, Renato Gatto et Massimiliano Siccardi.

Culturespaces depuis 2012

Depuis 2012

Depuis son ouverture, les Carrières de Lumières accueillent chaque année une exposition numérique immersive consacrée à un grand nom de l’Histoire de l’Art, produites par Culturespaces et réalisées par Gianfranco Iannuzzi, Renato Gatto et Massimiliano Siccardi. 

Culturespaces depuis 2012

2013

Monet, Renoir… Chagall. Voyage en Méditerranée

2014

Klimt et Vienne

2015

Michel-Ange, Léonard de Vinci, Raphaël. Les géants de la Renaissance

2016

Chagall, Songes d’une nuit d’été

2017

Bosch, Brueghel, Arcimboldo. Fantastique et merveilleux

2018

Picasso et les maîtres espagnols

2019

Van Gogh, la nuit étoilée 

2020

Dali, l’énigme sans fin